Les voleurs de vélos : les Verts et « l’électromobilité »

Nécrotechnologies.

par TomJo & Pièces et main d’œuvre.

L’association Alternatiba et l’ADTC (Association pour le développement des transports en commun) appellent à une « convergence à vélo » de toute la cuvette grenobloise, le 25 septembre 2021, pour « développer les alternatives » et « promouvoir les déplacements à vélo ». Gageons qu’Eric Piolle « le maire à vélo » roulera au milieu du peloton, lui « qui a développé la pratique cyclable dans sa ville mais aussi plus largement sur le territoire » . Pendant ce temps les salariés de Métrovélo, le service de location de vélos – 9000 vélos musculaires – sous-traité à Cycleo, une filiale de Vinci, font grève depuis le 7 septembre. « C’est même pas pour nos salaires, » nous dit un jeune gars touffu à boucle d’oreille, croisé au local de Métrovélo, en face de la gare, « c’est pour les gens, pour avoir les moyens de bien faire le boulot. » Et comme on évoque les vélos électriques – électro-nucléaires – le petit gars s’empresse d’ajouter « mais là, je suis complètement d’accord avec vous, msieur, ma mère a manifesté à Creys-Malville, en 1977, contre Superphénix, elle m’a raconté, chuis sensible à ça, c’est un vrai problème ! »
Ce qui est un problème pour le petit gars est une solution pour Éric Piolle, l’ingénieur Vert de Grenoble et pour ses pareils, technocrates.

Le vélo électrique est le symbole d’un double retournement technologiste : celui du vieux biclou, et celui de l’écologie. Cinquante ans après les premières manifs à vélo contre le tout-bagnole, la ministre de l’environnement Barbara Pompili, une Verte de Picardie, nous assure en effet qu’acheter un vélo électro-nucléaire, c’est « choisir l’écologie ». Ainsi Porsche choisit l’écologie en commercialisant un vélo à batterie lithium-uranium à 7 000 €. Ou comment faire de la bicyclette un engin de luxe, high tech, qui bousille la planète. Une tromperie que les industriels des années 70 n’auraient pas rêvé de voir propagée par les écologistes eux-mêmes.

Lire le texte intégral :

Lire aussi :

« E.shoe : les bienfaits de la marche à assistance électrique », 2021
« Retour à Grenopolis. Tout ce que nous cachent les élections municipales », 2020
« Et si on revenait à la bougie ? Le noir bilan de la « Houille blanche » », 2019
« Le compteur Linky, objet pédagogique pour une leçon politique. Pour un inventaire des ravages de l’électrification », 2016

Retrouvez ce texte et bien d’autres Chez Renart