Le rêve transhumaniste de Renan (en attendant la conférence du 11 janvier à Grenoble)

Découvrons le rêve de Renan, écrivain, philosophe et historien (1823-1892), idole et idéologue de la Troisième République (auteur entre autres du fameux Qu’est-ce qu’une nation) :

« L’humanité inférieure, dans une telle hypothèse, serait bientôt matée par l’évidence, et l’idée même de la révolte disparaîtrait. La vérité sera un jour la force. « Savoir, c’est pouvoir » est le plus beau mot qu’on ait dit. L’ignorant verra les effets et croira ; la théorie se vérifiera par ses applications. Une théorie d’où sortiront des machines terribles, domptant et subjuguant tout, prouvera sa vérité d’une façon irrécusable. Les forces de l’humanité seraient ainsi concentrées en un très petit nombre de mains, et deviendraient la propriété d’une ligue capable de disposer même de l’existence de la planète et de terroriser par cette menace le monde tout entier. Le jour, en effet, où quelques privilégiés de la raison possèderaient le moyen de détruire la planète, leur souveraineté serait créée ; ces privilégiés régneraient par la terreur absolue, puisqu’ils auraient en leurs mains l’existence de tous ; on peut presque dire qu’ils seraient dieux… » (E. Renan, Troisième dialogue philosophique, 1876)

« Une large application des découvertes de la physiologie et du principe de sélection pourrait amener la création d’une race supérieure, ayant son droit de gouverner, non seulement dans sa science, mais dans la supériorité même de son sang, de son cerveau et de ses nerfs. Ce seraient là des espèces de dieux ou de dévas, êtres décuples en valeur de ce que nous sommes, qui pourraient être viables dans des milieux artificiels. La nature ne fait rien que de viable dans les conditions générales (…) C’est à la science à prendre l’œuvre au point où la nature l’a laissée. (…) De même que l’humanité est sortie de l’animalité, ainsi la divinité sortirait de l’humanité. Il y aurait des êtres qui se serviraient de l’homme comme l’homme se sert des animaux. » (E. Renan, Troisième dialogue philosophique, 1876)

Cité dans Leurre et malheur du transhumanisme par Olivier Rey (Desclée de Brouwer, 2018).

Renan s’inscrit dans la lignée des penseurs et prophètes de “l’Homme supérieur”, de la Mésopotamie et de l’Ancien Testament aux transhumanistes contemporains qui, eux, disposent des moyens matériels et des machines pour faire advenir ce rêve qui est notre cauchemar.

Nous en débattrons, entre autres, le vendredi 11 janvier 2019 :

Conférence-débat : “Transhumanisme, voulons-nous devenir des hommes-machines ?”

Avec Olivier Rey, Pièces et main d’œuvre et Jo Briant.

Maison des Associations de Grenoble (6 rue Berthe-de-Boissieux)
Apéro et librairie dès 18h30
Conférence à 19h30

Publicités